Jennifer Glasgow

Coton ouaté Razia

$108 $180

Pull de style kimono avec col légèrement relevé et ceinture. Nous adorons cette forme! Manches légèrement chauve-souris, et lignes de style sur le corsage. Il n’existe pas plus doux que le mélange de coton biologique et de tencel, avec un peu de pandex. Disponible en crème, forêt et noir, ce chandail vous permettra de maîtriser l’art de la superposition et de survivre à l’hiver!

Ici avec le raglan à manches longues Marishi et la jupe Calamity Jane. Et aussi avec les pantalons Lozen et Nakano.

  • 66% tencel 28% coton biologique 6% spandex.
  • disponible en noir, vert foncé ou créme.
  • le mannequin mesure 5’9’’ et porte du xs.
  • Fait de manière éthique à Montréal.

Laver à la main , suspendre pour sécher. Ne pas utilise de javellisant.

Seulement 1 exemplaire in stock !

Coton biologique :
Description :
De la préparation des semences, naturelles et non traitées avec des pesticides,
jusqu’à la conservation des sols et à la récolte, la culture du coton biologique fait
en sorte que la terre et les personnes qui la travaillent sont en meilleure santé et
plus heureuses. Selon la classification de l’Environmental Protection Agency, le

coton ordinaire est l’un des produits les plus chimiquement insensibles.

Le Lyocell (Tencel) est une fibre durable, régénérée à partir de la cellulose de bois. Grâce à son système de production en boucle fermée, il a un impact minimal sur l’environnement. Le Lyocell ne se froisse pas. Il imite la soie, le daim ou le cuir au toucher et est biodégradable.

 Lyocell aide à réguler la température corporelle et possède des propriétés antibactériennes inhérentes qui permettent aux vêtements de rester sans odeur plus longtemps et de permettre de multiples utilisations avant chaque lavage. 

Le tissu Lyocell est extrêmement doux, antistatique et antibactérien. Lorsqu'il est mélangé à d'autres fibres, il augmente leur ténacité et leur durabilité. De plus, il est biodégradable et nécessite moins de colorant que le coton. 

Lorsqu’on nous a demandé si nous pourrions faire confectionner nos vêtements à l’étranger, nous avons refusé catégoriquement. À ses débuts, Jennifer fabriquait tout à la main, à l’arrière de sa boutique, ce qui la mettait en contact direct avec ses clientes et lui permettait de se perfectionner. Même si l’entreprise a pris de l’ampleur, nous sommes fiers de dire que les vêtements Jennifer Glasgow sont toujours fabriqués ici, à Montréal! Les usines de notre cercle restreint appartiennent toutes à des femmes. Chenda, Sina et Miu, avec leurs équipes, sont à l’origine de chaque point et de chaque couture, depuis plus de dix ans. Le maintien de notre production au Canada nous aide à contrôler la qualité de nos produits et à réduire notre empreinte carbone. 

Vu(s) récemment